Préparation au CAP pâtissier en candidat libre. Episode 1.

Chère amie,
La pâtisserie est devenue ta passion. Tu manges pâtisserie, tu rêves pâtisserie, tu parles pâtisserie. Bref, ta vie est pâtisserie. Et portée par cet enthousiasme, tu t'es inscrite au CAP pâtissier en candidat libre. C’est à dire sans passer par une école d’apprentissage. Ton école à toi, ce sera ta cuisine. Tes profs à toi, ce seront tes essais. Tes notes à toi, ce seront les commentaires de tes proches.
C’est une très bonne idée. La preuve, je l’ai fait et je m’en suis sortie.
Mais je crois qu’il faut que je te mette en garde sur certains points, que j’éclaircisse certaines choses, en un mot comme en cent : que je te dise tout !

Mon premier conseil : c’est le moment d’utiliser tous tes vernis à ongle. Tous ces jolis pots multicolores. Il faut les vider. Car une fois inscrite, c’est terminé. Sauf à accepter l’idée de les mettre pour une journée seulement, car dès que tu retourneras en cuisine, il te faudra l’enlever.
Aucune importance ? super. Alors avançons.

 

Mon deuxième conseil : dis au revoir à tes jolies robes près du corps, à tes jupes ajustées. Tu les reverras dans deux ans. Car préparer le CAP chez soi, ça veut dire grossir. Pas forcément beaucoup, mais il va te falloir goûter à tes préparations, et comme tu vas devoir tester plusieurs fois chaque recette, ton frigo sera rempli en permanence de délicieuses pâtisseries. Et je ne te parle pas des viennoiseries qui sortent du four. Résister à leur odeur n’est tout simplement pas humain. Tu devrais également prévenir tes proches. Eux aussi risquent la prise de poids.
Cela ne t’inquiète pas ? tu as bien raison. Passons au point suivant.

 

Mon troisième conseil : prépare un dictionnaire pour ta famille. Car d’ici peu ta conversation non seulement ne tournera qu’autour du CAP, mais sera ponctuée d’expressions et d’acronymes que le commun des mortels ne comprendra pas, ou bien se méprendra sur leur sens.
Ainsi, préviens ton conjoint que l’expression « j’enfile ma tenue et je prends un fouet », n’est pas une invitation à une partie SM dans la chambre.
« J’ai oublié de dégazer » n’a pas lieu à faire rougir en pensant à quelque bruit malpoli.
«J’ai du mal avec les cartouchières » ne doit pas inciter tes proches à courir se mettre à l’abri de peur d’un tir perdu.
« Le chocolat de couverture c’est le top » n’a rien à voir avec un quelconque linge de maison.
« Il ne faut pas que j’oublie la pâte à bombe » ne devrait pas faire débarquer le GIGN dans ta maison.
« Ce serait mieux si j’avais un four à sol » n’appelle pas la proposition « pas de problème chérie, on peut poser le four par terre si tu préfères ».
Enfin, très important, si un jour, tu es surprise par un membre de la maisonnée en train de tabasser consciencieusement une pâte à brioche, prends un air dégagé et explique : « elle l’avait bien mérité ».

 

Et maintenant, il est temps de te présenter tes nouveaux meilleurs amis…
A suivre...

Écrire commentaire

Commentaires: 0